Emmanuel Macron, ministre de I ’Economie, de L’Industrie et du Numérique a tenu une conférence de presse à Bercy sur le projet de loi pour« libérer I ’activité.

Les intentions affichées par le ministre de l’économie sur la question des ouvertures dominicales et des « heures en soirée» semblent en décalage total avec les attentes de l’ensemble du monde salarial.

Pour la CFDT, le projet annoncé est loin de moderniser l’économie. Il risque:

• de renforcer le clientélisme politique en donnant aux maires la capacité d’accorder 12 ouvertures dominicales et d’une manière plus cynique de les obliger à le faire en créant une concurrence intercommunale,

de pénaliser les salariés des petites entreprises en leur retirant tout droit à compensation et toute liberté de refuser une modification substantielle de leur contrat de travail,

d’introduire et de renforcer des inégalités territoriales en laissant à l’Etat le soin de déterminer quelles seront les zones à « fort potentiel économique» et par voie de conséquence celles qui ne le sont pas. Les intéressés apprécieront.

Par ailleurs, lapsus ou réalité : 5 ouvertures dominicales sont présentées comme « obligatoires », ce qui donne une tonalité loin d’être neutre.

Enfin, les éléments de langage sur le « travail en soirée» en lieu et place du travail de nuit ne devraient pas tromper les parlementaires.

Pour la CFDT Services, le gouvernement manque une fois de plus une occasion de réformer efficacement la société sans renforcer les frustrations et les inégalités au sein du monde du travail.

Communiqué de presse de la Fédération des services CFDT du 15/10/2014