Encore une fois, les chiffres démontrent que les jeunes ne sont pas dupes aux arguments de l’UMIH, qui, en faisant tourner des bus ornés de posters dans les campagnes, voudrait en tenter davantage à s’essayer dans les métiers des hôtels, cafés, restaurants. Sachant qu’un jeune recruté sur trois quitte la profession désillusionné avant trois ans, les employeurs ont intérêt à accepter que des mesures significatives sont nécessaires pour améliorer les conditions de travail dans la profession. Ce ne sont pas des mesurettes ou des dispositifs « qui donne avec une main pour reprendre de l’autre » qui changeront leur avis.
Moins de 30 000 apprentis cette anée ? Les paris sont ouverts…

Année scolaire

Nombre d’apprentis

1998-1999

38 000

1999-2000

37 100

2000-2001

35 300

2001-2002

32 500

2002-2003

30 989

2003-2004

30 480

Source : Chiffres provenant du FAFIH (Fonds d’Assurance Formation de l’Industrie Hôtelière).