Dans le contexte de l’entre deux tours de la présidentielle, la CFDT appelle à un 1er Mai syndical centré sur ces préoccupations fortes des salariés.
Si la CFDT salue le taux important de participation au premier tour de l’élection présidentielle, elle constate également que les résultats traduisent de vraies inquiétudes sur des sujets essentiels, comme l’emploi, la jeunesse ou encore l’avenir de l’Europe.

Un 1er Mai syndical.

Or, pour la CFDT, « au lendemain du premier tour, il est inquiétant d’entendre des responsables politiques s’auto-désigner uniques représentants des travailleurs en voulant détourner l’objet du 1er Mai. » D’autant plus, comme le dit François Chérèque, que « l’autonomie des syndicats et le sens du premier mai sont un marqueur dans une société démocratique. Partout où ce respect a été transgressé par les pouvoirs politiques, il y a eu atteinte à la démocratie. »

Dans ce contexte, la CFDT appelle plus que jamais à faire du 1er Mai un événement syndical centré sur ces préoccupations fortes des salariés. C’est bien là le sens de la déclaration intersyndicale qui insiste sur la nécessité de faire écho aux revendications portées par les salariés dans cette période de crise, et rappelle le besoin d’une Europe solidaire affirmant sa dimension sociale. Cette journée servira ainsi à interpeller les deux finalistes de l’élection présidentielle et à remettre les sujets importants au cœur du débat.

Le syndicat appelle donc tous ses adhérents et tous ses militants à participer à ce rassemblement dont le rendez-vous est donné à 15h30 à l’angle de la Place Denfert Rochereau et du Bd Arago.