La crise du CPE n’a pas servi de leçon ! Tout le monde s’accorde à dire que les méthodes employées par le gouvernement sont inacceptables. Cette volonté d’écarter les partenaires sociaux aux différentes réformes devient de plus en plus insupportables. Et ça continue !
Lundi dernier (10 avril), Renaud Dutreil, Ministre des PME et de l’artisanat, a reçu à sa demande une délégation CFDT pour traiter de la situation des HCR (Hôtels Cafés Restaurants).
Après avoir évoqué et partagé la situation du secteur (pénurie de main d’œuvre qualifiée, absence d’attractivité du secteur pour les jeunes, abandon du secteur par les salariés existants, conditions de travail difficiles, rémunérations insuffisantes
), le ministre a posé clairement la question : que faut-il faire pour que la CFDT se désiste de ces demandes en Conseil d’Etat ? (voir article
).
La délégation surprise par cette question expose ces différentes revendications :
– une grille de salaires en Euros qui reconnaisse la grille de classifications, en passant immédiatement par l’extension de celle signée en décembre 2005 ;
– l’abolition des heures d’équivalences qui n’ont plus de raison d’exister ;
– remplacement de l’accord du 13 juillet 2004 par un autre sur la durée du travail tenant compte de la réalité du secteur et de la spécificité des TPE/PME.
Sueurs froides du ministre à la lecture de nos réclamations, ce n’est pas gagné d’avance
Le ministre conclu par cette petite formule de circonstances : « Vos propositions sont d’un grand intérêt et pleines de bon sens, je vais recevoir toutes les organisations patronales et leur exposer les propositions de la CFDT ».
La suite ne s’est pas fait attendre, dès le lendemain, toute la presse faisait état du résultat de la concertation gouvernement-patronat. Et ça ressemble à un plat réchauffé que l’on nous ressert à chaque fois : l’amplification des allègements de charges sociales et un soutien à l’investissement.
Et pour les 860 000 salariés de la profession, rien, aucune perspective sur l’amélioration des rémunérations et des conditions de travail. Nous en avons assez d’être pris pour des imbéciles ! Le gouvernement s’entête une fois de plus à faire sa cuisine uniquement avec les organisations patronales, minimisant les revendications des organisations syndicales.
Que les patrons de la profession et le gouvernement le sachent : la CFDT ira jusqu’au bout de ses actions ! Nous attendons avec impatience le résultat du Conseil d’Etat.
Les salariés des HCR sont en colère. Ne l’oublions pas, lors des différentes manifestations, les salariés du secteur étaient en nombre important dans la rue, et ils sont prêts à d’autres actions pour se faire entendre.