Le premier tour des élections professionnelles s’est déroulé hier (16 juin) dans une ambiance de camp retranché. Les membres de l’encadrement poursuivaient les salariés dans leurs déplacements afin de les décourager d’aller voter. Le salarié qui a osé introduire une organisation syndicale dans le fief du Maître Kanter, place de la République, s’est vu signifier son licenciement deux jours avant le dépôt des listes de candidatures. Intimidations et ambiance glaciale sont de règle depuis l’annonce des élections. Résultat : 6 votants sur 44 inscrits.
Allo, M. Daguin ? Racontez nous encore pour le dialogue social dans la profession… M. Daguin