Vers 5 heures ce matin, la police irlandaise a évacué de force une agence de voyages Thomas Cook à Dublin, occupée par des salariés protestant contre la suppression de 77 emplois et essayant de négocier de meilleures indemnités de licenciement.
Une quinzaine de policiers ont enfoncé la porte et sortis un à un la vingtaine de salariés et délégués présents à cette heure, dont une femme enceinte. Selon les journaux, les protestataires applaudissaient et s’acclamaient alors que les policiers les sortaient manu-militari des lieux.
Depuis un mois, les salariés qui ont proposé un projet alternatif à la direction, mènent des actions de grève et manifestent, sans succès, contre la fermeture des trois dernières agences Thomas Cook en Irlande. La marque espère continuer ses ventes par Internet.
Comme un responsable syndical l’a dit, l’opération de police ce matin chez Thomas Cook est « une tâche noire dans l’histoire des relations industrielles en Irlande
ce sont des travailleurs paisibles qui défendent leurs droits. Ils devraient être traités avec respect ». Bénéficiant de la sympathie de la population, un boycott de la marque s’organise.
Notre syndicat apporte tout son soutien à ces salariés en lutte avec leur employeur qui profite de « la crise » comme prétexte de mise en œuvre de plans de rentabilité améliorée. Il en va de même, ici, en région Parisienne, dans le même secteur.