[audio:752.mp3]
Qui a parlé de patriotisme économique ?
A l’instar du chanteur, Paul Dubrûle, co-fondateur et ex-co-patron du groupe Accor, également ex-sénateur maire UMP de Fontainebleau s’expatrie en Suisse, paradis des riches qui veulent payer moins d’impôts.
Juste avant Noël et quelques jours après avoir annoncé sa démission de la présidence de Maison de la France (1), il a fêté son départ dans sa propriété rue Saint-Merry à Fontainebleau. Les vins de sa propriété du Lubéron, ont, paraît-il, été très appréciés des convives dont ses acolytes UMP de l’équipe municipale entre 1992 et 2001 ainsi que quelques personnages clés de l’histoire récente des HCR comme Didier Julia, député et l’un des trois « baroudeurs de Bagdad » (2).
Certes à 72 ans, il est temps qu’il prenne sa retraite ou qu’il annonce sa candidature à la présidentielle. Mais cette petite histoire éclaire bien les événements récents dans la profession.
Dans le cas peu probable où vous connaissez quelqu’un qui cherche un hôtel particulier (750 m²) avec piscine couverte et grand jardin, proche de la N7 et du Golf de Fontainebleau, une agence de la ville pourra vous proposer celui de Paul Dubrûle à 3,5 millions d’euros.

Notes :
(1) Organisme qui, entre autre, coordonne le financement public de la publicité touristique en France et à l’étranger et à l’occasion, permet de soutenir la pensée patronale (voir dossier HCR).
(2) avec Thierry Mariani et Eric Diard, il a attiré la désapprobation de son parti en 2002 lors d’un voyage à Bagdad, puis, provoquant la colère du premier ministre, s’est illustré dans « l’affaire Julia« .
Source : Le Parisien 77 Sud, 22/12/06