Après Daguin, c’est le journal « L’Hôtellerie » qui dérape. Dans le dernier numéro, le rédacteur en chef s’en prend violemment auprès de la CFDT. Dans son édito il nous accuse d’œuvrer contre l’intérêt des salariés des HCR : « Mais il faut croire que le sens de l’intérêt général est à géométrie variable, avec le recours en annulation formulé par la CFDT devant le Conseil d’Etat(
). L’observateur le plus neutre ne pourra s’empêcher de songer que non seulement le prétexte du recours est mince, mais surtout qu’il émane d’une organisation dont la représentativité dans la profession reste à démontrer »
. Et il ajoute « D’ailleurs, nul syndicat de salariés, à ce jour, a cru bon de rendre publics les chiffres de ses adhérents ».
Voilà ce que le premier journal de la profession avance comme propos pour argumenter son opposition à la démarche initiée par la CFDT. Jamais ce journal n’a été aussi bas. Cela montre bien dans quel état d’esprit se trouve les organisations patronales à la veille de la réunion au ministère du travail.
En effet, c’est demain que se déroulera l’ultime réunion entre les organisations syndicales patronales sponsorisées par l’Etat, et la CFDT, en attendant la décision du Conseil d’Etat, tant redoutée par les organisations patronales mais tant souhaitée par la CFDT. Pour notre organisation nos conditions sont claires :
– L’abandon du système d’heures d’équivalences par décret, elles n’ont plus lieu d’exister car dans la réalité il n’ y a plus de temps d’inaction.
– La signature d’une grille de salaires en « euros » au dessus du SMIC avec la revalorisation et la reconnaissance de toutes les qualifications.
La CFDT déplore que de tels propos puissent être publiés à la veille d’une telle réunion, bien sûr ce n’est pas à des restaurateurs que l’on apprend à mettre de l’huile sur le feu. De quoi peut-on accuser la CFDT, de porter haut et fort les revendications de ses adhérents et des salariés des HCR ?
N’en déplaise à L’Hôtellerie, qui ne rapporte que les propos d’André Daguin remettant en cause notre représentativité, il devrait commencer par se la poser cette question. Cela fait 40 ans que notre syndicat existe, nos effectifs ont progressé de 50% ces dix dernières années, le nombre de salariés des HCR venant à nos permanences ne cesse d’augmenter, les situations exposées sont de plus en plus intolérables.
Nous avons pas de leçons à recevoir de la part de M. Daguin, qui a déclaré en première page, toujours dans le même journal : « C’est la première fois que je vois un syndicat – la CFDT- se battre pour faire baisser les salaires ».
Nous vous laissons juger ces propos, sans commentaires. Il suffit de lire nos différents articles publiés ces dernières semaines pour vous rendre compte que toutes nos revendications et nos actions ont un seul objectif : l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés de la profession et plus particulièrement pour les bas salaires !
Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de la suite. A vous de choisir : grave crise sociale pour les patrons ou victoire sociale pour les salariés.