Les salariés des Hôtels, Cafés, Restaurants n’ont toujours rien vu venir sur leurs bulletins de paie ! Malgré le buzz médiatique autour de la signature de l’accord du 15 décembre 2009, le gouvernement n’a toujours pas tenu sa promesse de son extension rapide.
En effet, l’UMIH, la plus influente des organisations patronales et le GNC (dominé par le groupe Accor) s’y opposent, arguant que l’avenant n° 2 sur le temps de travail serait annulé par l’absence de sécurité juridique d’une des clauses de l’accord, conclu selon ces organisations, dans la précipitation.
Cela suffira-t-il à mettre à terre 6 mois de négociations ? Ce ne serait pas la première fois que les restaurateurs, et notamment l’UMIH, obtiennent, même en pleine nuit, des concessions inconsidérées de la part de la majorité UMP !
Réunis le 28 janvier, les signataires patronaux et syndicaux ont écrit au Premier Ministre pour solliciter l’extension de l’accord dans les plus brefs délais.
En attendant, les syndicats de salariés ont « redoré le blason » des restaurateurs dont l’image était sérieusement malmenée par les médias à l’approche des fêtes de fin d’année 2009. Leurs affaires, paraît-il, s’en porteraient mieux. Pour les salariés, ce n’est pas le cas. Inutile d’espérer voir leur pouvoir d’achat à la hausse avant le mois de mars !