Les négociations salariales du 6 juillet 2005 dans la Restauration Rapide se sont soldées par la proposition d’une grille de salaires qui maintien le cap. Le projet est actuellement à la signature.
Le minimum de la grille est fixé au 1er juillet 2005, à :
1 217,91 €, pour l’échelon 1 et à 1 240,66 € pour l’échelon 2 (échelon acquis après six mois d’ancienneté).
Les autres niveaux et échelons sont augmentés de 1,8% à 5,4% selon les métiers et la qualification reconnue dans la branche. Ainsi les écarts sont préservés et l’écrasement de la grille est évité.
En comparaison avec les autres branches du secteur de la restauration comme la restauration collective ou l’hôtellerie restauration, les avancées obtenues dans cette grille de salaires sont loin d’être négligeables.
La Fédération des Services CFDT annonce d’ores et déjà qu’elle le signera.
C’est une bonne nouvelle pour les 100 000 salariés de la branche dans un contexte général de  » vaches maigres  » salariales.
A cette augmentation s’ajoute une prime de blanchissage à 13,65 € pour 151,67h de travail, soit 0,09€ de l’heure.
Tout ceci est le fruit d’un bon dialogue social instauré avec le patronat de la branche depuis 3 ans, conciliant l’intérêt des salariés à celui des entreprises. Ceci dit, il est regrettable que les employeurs de la branche refusent d’aller plus loin encore. Ils n’ont pas accepté, du moins pour cette année, notre demande de mise en place d’un 13ème mois et d’une prime d’ancienneté de branche.
Autre revendication CFDT d’importance : la suppression totale de la participation financière des salariés de la branche aux frais de repas. En effet il est injuste de voir que de nos jours, les salariés qui fabriquent et vendent des repas soient obligés de payer pour se nourrir sur place.
Nous appelons le patronat à négocier rapidement la suppression de cette disposition et la transformer en avantage nourriture.
Communiqué de la Fédération des Services CFDT