Cette décision est le résultat de l’action menée depuis près de trois mois par l’ensemble des organisations syndicales d’étudiants, de lycéens et de salariés.
La CFDT se félicite de la réponse claire des parlementaires qui crée ainsi les conditions de la résolution de la crise.
L’hypothèque du CPE est levée. Pour la CFDT, il faut maintenant répondre efficacement à la question de l’insertion des jeunes dans l’emploi. La CFDT sera particulièrement vigilante sur le contenu des dispositifs de la proposition de loi favorisant l’accès à l’emploi des jeunes les plus en difficulté.
La CFDT demande depuis juin dernier que s’engage une réflexion de fond sur la sécurisation des parcours professionnels, la précarité et l’insertion des jeunes. Elle participera donc activement aux discussions qui doivent s’ouvrir maintenant sur ces thèmes. Les organisations syndicales d’étudiants doivent y être associées. C’est à l’avenir, en respectant le dialogue social, que doivent se construire ces réponses.
La CFDT attend aussi du patronat qu’il prenne ses responsabilités et ouvre des négociations sur l’accès des jeunes à la vie active.
L’intersyndicale qui se réunira en fin d’après midi tirera toutes les conséquences de cette décision de retrait, objet de sa mobilisation depuis le 24 janvier dernier.

Déclaration de la Commission exécutive © CFDT