Depuis 4 ans, plus de 300 salariés de l’hôtel de luxe Pearl Continental de Karachi luttent pour leur réintégration suite à un licenciement collectif opéré par le biais d’une annonce publiée dans un journal local.
En septembre 2001, la direction a annoncé le licenciement de tous les employés temporaires et de la suppression d’une journée de travail rémunérée par semaine pour les employés permanents, en raison d’une baisse du nombre de réservations. Leur syndicat a demandé l’ouverture de négociations mais la direction a préféré publier un avis de licenciement dans un quotidien et les employés se sont vus interdire l’accès à l’hôtel dès le lendemain.
L’UITA (L’Union Internationale des Syndicats de notre branche d’activité) sollicitent notre aide en envoyant des messages aux autorités pakistanaises.