 Saviez-vous que le salaire mensuel net moyen de nombreux employés de la profession est de 1000 € ?
 Saviez-vous que pour ce salaire les employés qui s’occupent de vous travaillent la nuit, les week-ends et les jours fériés ? Et qu’ils n’ont aucune compensation pour les sacrifices consentis ?
 Saviez-vous que beaucoup de salariés du secteur ne sont pas assurés contre les gros « pépins » de la vie : décès, invalidité, incapacité
?
 Saviez-vous que les pourboires aux tables de jeu servent à faire le salaire des croupiers, l’employeur ne versant que la différence entre les pourboires donnés par les clients et le salaire minimum garanti aux employés des jeux traditionnels ?.
 Saviez-vous que le nombre de casinos en France et dans les DOM-TOM était de 134 en 1991, est de 186 aujourd’hui, et bientôt 200 ? Que c’est le plus grand nombre de casinos pour un pays dans le monde alors que par principe les jeux d’argent sont interdits en France ?
 Saviez-vous que le chiffre d’affaires des casinos a augmenté de près de 75% en 7 ans ?
 Saviez-vous que les grands groupes de casinos utilisent les bénéfices dégagés par vos jeux pour acheter d’autres casinos et ainsi augmenter leurs bénéfices sans en reverser la moindre part, ni aux joueurs, ni aux employés que vous côtoyez chaque jour ?
 Saviez-vous qu’en dépit d’une fiscalité importante sur le chiffre d’affaires des casinos ces derniers ne vendent essentiellement que du service et génèrent donc un bénéfice net très important ?
Si vous avez répondu « non » à une ou plusieurs de ces questions, vous comprendrez pourquoi les salariés des casinos demandent une juste compensation de leur travail.
Alors, le 31 décembre, soyez solidaires et profitez de votre soirée pour rester en famille. Une soirée sans casino, pour l’avenir des casinos.