Grève aujourd’hui, vendredi, et ce week-end

Plan social chez Léon de Bruxelles

Alors que la presse fait état d’un « beau premier trimestre 2004 » pour le groupe Léon de Bruxelles avec une progression du chiffre d’affaire de 16,4%, la direction du restaurant des Champs Elysées projette des baisses de salaires et des licenciements du personnel.
Jusqu’au mois de juillet 2003, cet établissement était franchisé. Le précédent propriétaire, pour ne pas déposer le bilan suite à une gestion hasardeuse, à négocié son rachat par la « maison mère ».
C’est alors que la chaîne a commencé à vouloir remettre en cause les conditions de travail et de l’emploi en adoptant ce qu’elle appelle « les normes de la profession ». Soit le SMIC hôtelier (on déduit la moitié de la valeur de nos repas en nature), le temps partiel et les CDD.
Un premier plan de sauvegarde de l’emploi (plan social) a été initié fin 2003. A cette occasion, elle a supprimé 11 postes et en a profité pour menacer, illégalement, tous les salariés qui n’accepteraient pas de voir leurs salaires abaissés, d’un licenciement économique.
La solidarité entre les salariés a pu éviter que ce dessein soit mis en œuvre. Aujourd’hui, au mépris total du droit, la direction veut « clôturer » ce plan de sauvegarde de l’emploi en procédant à de nouveaux licenciements économiques.
Télécharger le tract distribué aux clients et aux passants ici.