[audio:1004.mp3]
Lors du Comité Central d’Entreprise du GIE Ibis, le 26 juin 2008 dernier, les représentants CFDT ont prononcé la déclaration suivante…

Suite au rapport controversé de la HALDE tendant à démontrer des discriminations à l’embauche au sein du groupe Accor que Madame Cathy KOPP conteste, la CFDT réitère sa demande de vigilance quant au suivi des accords.
Hormis le « testing » mis en cause, notre Directrice Générale des Ressources Humaines oppose à la HALDE l’accord sur la diversité et la non discrimination signé avec les partenaires sociaux.
La CFDT rappelle que lorsqu’elle s’engage dans un accord, elle souhaite que celui-ci trouve une réelle application sur le terrain. C’est le seul argument valable pour apporter un démenti à tout reproche d’organismes tiers.
L’utilisation de notre signature pour décrédibiliser toute critique doit trouver ses contreparties. La frilosité ne doit plus avoir de place au sein de nos hôtels.
La CFDT va continuer son tour de France pour vérifier auprès du personnel la connaissance, l’appropriation et l’application des termes de nos accords.
Celui-ci prévoit notamment :
– une information du personnel,
– des formations à son application pour les recruteurs,
– la mise à jour des règlements intérieurs dans un sens favorable à la diversité,
– des voies de recours pour les salariés se sentant victimes de discrimination.
Il ne faut pas que ces dispositions restent dans le domaine de l’inconnu ou du méconnu.
La CFDT demande à ce que cet accord comme d’autres signés soient présentés à tous les niveaux de l’entreprise notamment dans les Comités d’Etablissements, aux Délégués du personnel et à l’ensemble des salariés, même dans les hôtels franchisés qui doivent contribuer à faire briller les étoiles des différentes enseignes de notre groupe. Nos directions doivent être les garants de la mise en œuvre des engagements pris.
C’est aussi cela, l’esprit Accor.

L’ensemble des élus CFDT dans les différents établissements du groupe Accor ont été appelés à poser, dans le cadre des réunions de CE ou de délégués du personnel, 4 questions à leur hiérarchie destinées à « tester » leur connaissance de cet accord sur le plan local – un des engagements de ce même texte.