Une chose est sûre, ils se sont passés le mot. Il est de plus en plus difficile de croire aux engagements des employeurs de la restauration collective, au même titre que ceux des Hôtels Cafés Restaurants. De ce côté là le front commun est réussi. Le SNRC (Syndicat National de la Restauration Collective) s’était engagé sur l’ouverture d’une négociation avant la fin de l’année pour l’obtention du SMIC de droit commun pour les salariés de la branche. Sous prétexte que cette mesure va leur coûter cher, les employeurs de la restauration collective refusent de négocier cette disposition, ils s’engagent uniquement sur la négociation d’un calendrier en avril 2007. Cette annonce a été faite, aujourd’hui lors de la réunion paritaire de branche. La CFDT a déclaré qu’il était inadmissible que les organisations syndicales de salariés soient considérées de cette façon. Il est intolérable que les employeurs n’accordent aucune contrepartie à leurs salariés en échange des aides publiques qui vont directement dans les poches des actionnaires ! A partir de ce constat, la CFDT refuse d’aborder toute autre négociation. La délégation CFDT a quitté la salle, suivie par la CGT.

Dès aujourd’hui, la CFDT appelle tous ses adhérents, militants et salariés de la restauration collective à participer aux différentes actions qui seront organisées dans les semaines à venir.