La CFDT Eurodisney dénonce les mesures prises par le gouvernement dans le cadre du plan « anti-crise » dont l’incidence de certaines de ces décisions aura un impact négatif indéniable sur l’entreprise et les salariés.
Une fois encore, les salariés seront les principales victimes des excès capitalistiques et de la déréglementation sauvage tout comme les ménages qui verront leur possibilité de détente et de loisirs largement freinés. Pensons à tous les comités d’entreprises qui organisent des visites dans les parcs de loisirs, et qui devront en supporter les surcouts.
Il en va ainsi de l’augmentation de la TVA sur les parcs de loisirs dont le taux passera de 5.5% à 19.6%. La hausse du prix des sodas et le l’alcool est une mesure de contre-sens, serait-ce une mesure purement économique ? Dans ce cas, il faudra en consommer plus ! Ou est-ce une mesure de santé publique, dans ce cas effectivement il faut en diminuer la consommation, ce qui générerait moins de recettes fiscales.
Prises sans aucunes concertations, ni en relation avec les entreprises et encore moins avec les partenaires sociaux, ces mesures mises en oeuvre dans un contexte économique fortement perturbé auront indubitablement des effets négatifs sur l’emploi et les salaires.
La section CFDT Eurodisney s’interroge sur les conséquences concrètes en matière d’emploi et d’ouverture prochaine de négociation liée à l’intéressement et la pénibilité que ces mesures affecteront obligatoirement.
La CFDT demande à la direction d’Eurodisney une information exhaustive sur les conséquences et les impacts financiers de ces mesures sur la gouvernance sociale de l’entreprise.