22 ans d’ancienneté chez Quick, c’est rare ! Mais ça n’empêche pas de se faire virer à grande vitesse. C’est ce qui est arrivé à l’une de nos adhérentes, caissière depuis toujours, qui en moins d’une semaine se voit pour la première fois, reprocher une erreur de caisse, puis deux, puis une troisième accompagnée d’une lettre de convocation à un entretien préalable et enfin, la notification de son licenciement.
C’est pour cela que dans nos métiers, c’est bon d’être syndiqué. La CFDT assurera, bien sûr, sa défense devant le Conseil de Prud’hommes en démontrant que ce licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.