La CFDT a dénoncé hier l’accord d’aménagement des 35 heures signé mardi dernier par trois syndicats sur sept (CGT, CFE-CGC et Sipe), y voyant une régression évidente pour les salariés les plus modestes.

Dans un courrier adressé à la CFTC, à FO et à l’UNSA, nous invitons les syndicats non signataires à exercer ensemble leur droit d’opposition afin d’empêcher l’entrée en vigueur de dispositions qui constituent des régréssions évidentes au regard des dispositions existantes. L’accord va renforcer la précarité et les conditions de travail des plus modestes, à savoir les salariés opérationnels. L’avenant à l’accord sur les 35 heures signé par des organisations minoritaires prévoit notamment une plus grande flexibilité des horaires – les journées pourront être portées à 12 heures, mais avec un plafond de 25 jours par an – et une réduction de 8 jours de RTT pour les cadres. Pour la section syndicale CFDT, cela ne « crée aucun emploi malgré un volume d’heures suppléméntaires annuel d’environ 220.000 heures, et des sous-effectifs évidents dans certains services ». Aujourd’hui seule FO a répondu à l’appel lancé par la CFDT sur l’intention de faire opposition à l’accord. Affaire à suivre….