Alors que les employeurs rompent avec les propos tenus jusqu’à présent, la manipulation commence à se faire jour. Ils poussent à la signature d’un accord préparé à l’avance par des consultants professionnels alors que les organisations syndicales de salariés n’ont pas eu le temps de mesurer et de débattre de toutes les implications.
Les délégués syndicaux CFDT de l’Ile de France, réunis hier, 23 mars, sont loin d’être convaincus par le projet patronal.
Sans connaître les montants des salaires mis en face, comment apprécier la différence entre un « Employé de Restauration » et un « Employé poly-compétent de Restauration » ? Les employeurs, bien entendu, ont tout intérêt à privilégier les seconds au moindre salaire.