Peu connue en France, Aramark est la seconde entreprise mondiale de restauration collective.
Si nous en parlons ici, ce n’est pas pour la faire connaître mais pour faire remarquer que son Directeur Général, Joseph Neubauer, semble partager les opinions de Robert Zolade, le président d’Elior : la cotation en bourse empiète sur la liberté de gestion et ne valorise pas l’entreprise à sa juste valeur. Autrement dit, ses actionnaires ne gagnent pas assez d’argent !
Car lui aussi, vient de monter avec succès une OPA pour racheter les actions de l’entreprise dans l’objectif de la retirer de la cotation en bourse. Cette opération vaut 6,3 milliards de dollars et se réalise avec la collaboration de plusieurs fonds d’investissement privés.
Ce serait la troisième fois que la multinationale se retire de la cotation en bourse, Joseph Neubauer lui-même l’ayant déjà retiré de la bourse en 1984 pour la réintroduire en 2001.
Les 240 000 salariés dans les 20 pays où Aramark est présent n’ont rien à espérer de cette opération. Seuls ses actionnaires et ses cadres dirigeants se projettent d’en cueillir les fruits.
Aramark concurrence directement Sodexho. La seule différence, Aramark ajoute à sa liste d’activités la location longue durée de vêtements et d’uniformes de travail. Une branche qui serait à l’origine des déceptions des dirigeants du groupe quand à ses résultats. Ils ont sans doute une solution en vue !