Vous l’aurez compris, nos deux derniers articles étaient bien des poissons d’avril. On n’en est pas encore à chercher des stripteaseuses pour vendre des repas dans les cantines et il reste des marges à gagner dans le domaine du voyage malgré l’arrêt des commissions.
Pour ceux qui voudraient les relire ou pour ceux qui se demandent encore comment ils ont pu se faire avoir…

Sodexho dépasse les bornes…
Aux Etats-Unis, le numéro un de la restauration concédée vient d’inventer une nouvelle restauration à thème : le bar à striptease !
A Manhattan Collège, une des salles de restauration, Locke’s Loft, cherchait une nouvelle formule pour booster sa fréquentation. Se trouvant sous la toiture, celle-ci a été renforcée, lors de travaux de soutainement il y a un an, par l’ajout de poteaux la faisant ressembler à une scène de théâtre érotique.
Sodexho met donc en œuvre cette idée et les étudiants auront droit à des divertissements aux heures de repas, effectués par des nouveaux embauchés ayant le « profil du poste ». Les anciens serveurs et serveuses ont été remerciés !
Hors spectacle, ces personnels dont les tenues de travail se composent d’un short « ras-les fesses » et d’un soutien-gorge « balcon » serviront des plats du pétit-déj jusqu’au dîner aux étudiants. Un « Monsieur Muscle » en petite tenue servira les desserts pour que les étudiantes ne se sentent pas délaissées.
A défaut d’une cuisine exquise, Sodexho aurait retenu cette formule qui serait la moins onéreuse pour reconquérir les faveurs des étudiants.
No comment !
Source A moins d’une confirmation, c’est une bonne blague !

Faillites en chaîne parmi les agences de voyages
Plus de 20 000 agences de voyages ont déposé le bilan ce jour sous prétexte de la fin des commissions versées par les compagnies aériennes, mesure devenue effective depuis hier minuit. A 9% il y a un an, et 7% hier, Air France a cessé tout commissionnement avec un tarif qui entre en vigueur ce jour. De nombreux concurrents ont suivi son exemple, aussi bien dans le domaine de l’aérien que dans le domaine de l’immobilier de loisirs. De nombreux employeurs, représentant au total plus de 20 000 agences, ont donc décidé de cesser leur activité estimant qu’il n’y avait plus de marges à gagner dans le métier. Des répercussions sur l’économie mondiale sont attendues. C’est un sérieux revers de médaille pour la politique de Jean-Marc Espalioux, patron du groupe Accor, qui vient de se voir consacrer « étoile » par le magazine « Challenges ».