[audio:760.mp3]
Pendant que Sodexho engrange des milliards d’euros de bénéfices, ses salariés au SMIC ne gagnent même pas la valeur du SMIC de droit commun. Cela ne dérange pas nos dirigeants qui s’en mettent plein les poches. Il n’y en a que pour les actionnaires : le Lido, les Bateaux Parisiens, les restaurants de la Tour Eiffel
il n’y a que ça qui compte, la vitrine.
De moins en moins de demandeurs d’emploi veulent travailler à Sodexho. C’est la preuve de l’état actuel de l’entreprise.
Pour avoir bonne publicité, Sodexho signe un partenariat avec les Restos du Cœur. Sans honte ! Car dans l’entreprise, il y a des employés qui ne peuvent plus boucler les fins de mois et qui vont aux Restos du Cœur, au Secours Catholique, au Secours Populaire

Les charges de travail deviennent irréalistes autant pour les employés que pour l’encadrement. Tout le monde est sous pression. Le harcèlement moral est plus que présent, le stress accompagne tous les travailleurs de l’entreprise. Les conditions de travail ne sont plus acceptables pour l’ensemble des salariés.
La diversité, parlons-en ! Pas un travailleur d’origine étrangère au-delà d’une certaine catégorie. Tout cela sans rougir !
La charte sur le handicap a rapporté 500 000 euros à Sodexho qui a embauché un  » Monsieur Handicap  » qui n’a pas de pouvoir de décision et on vire à tour de bras les personnes en inaptitude.
La parité homme/femme aussi
Lorsque deux responsables travaillent dans la même exploitation avec les mêmes résultats économiques et qualitatifs, l’homme touche 3 000 euros, la femme 1 000 euros.
Les horaires de l’encadrement ramenés au salaire horaire font que la majorité des agents de maîtrise et cadres sont payés au SMIC. C’est un travail au forfait, leur dit-on !
Cela dure depuis trop longtemps. La CFDT appelle les salariés de Sodexho à réagir.

(Texte d’un tract distribué actuellement par les militants CFDT de Sodexho).