[audio:920.mp3]
La filiale d’UNI, Suora qui représente les employés de banque en Finlande, cherche une interprétation jurisprudentielle à savoir si les clauses d’un contrat de travail peuvent être affaiblies par la simple externalisation d’un service.
La banque Nordea, au début du mois d’octobre, a transféré 30 personnes travaillant au restaurant d’entreprise de la banque à Sodexho, une société de restauration collective française. La convention collective appliquée par Sodexho est moins favorable que celle en vigueur dans le secteur bancaire.
Les salaires des employés transférés ont été abaissés dans la plupart des cas par 400-500 euros par mois et leurs vacances ont été raccourcis par deux semaines tandis qu’ils continuent à réaliser le même travail dans les mêmes locaux.
Suora veut savoir si les limites de l’emploi peuvent être affaiblies simplement en transférant les employés à une convention collective moins favorable.
Selon le Président de Suora, Tarja Lankila, certains des employés, sous pression, se sont sentis obligés de signer un nouveau contrat de travail.
Des solutions existent pour maintenir les conditions d’emploi tout en externalisant. Fin septembre, dans une situation semblable, une compagnie appelé Fazer Amica a négocié une solution avec les représentants des salariés d’Osuuspankkikeskus (banque centrale coopérative) dans lequel les conditions de salaire du personnel des cuisines ont été maintenus inchangées.

Source : UNI – 30/10/07 (traduction).