C’est une démarche qui dure depuis 18 mois : la CFDT et le syndicat américain HERE négocient avec Sodexho, la pratique de la responsabilité sociale de l’entreprise dans sa filiale aux Etats Unis. Une première dans une entreprise du secteur aux USA !
Vers la fin des années 90 le groupe Sodexho ouvre une filiale aux Etats Unis, qui grossit au fur et à mesure du temps, entre autre par un partenariat avec Mariott. En 2002, Sodexho USA finit par racheter la société Mariott Catering.
Sodexho y est ainsi devenu le numéro un de la restauration et des services concédés avec un chiffre d’affaire annuel de 6 milliards de dollars et plus de 110 000 employés. Sodexho propose des services de sous-traitance de restauration, de gestion d’immeubles et de locaux, de nettoyage, de blanchisserie, d’entretien d’espaces verts, de gestion et de maintenance d’équipements et de biens. L’entreprise gère plus de 6 000 contrats avec des entreprises, écoles, universités, maisons de retraite, hôpitaux/cliniques, sites militaires et pénitenciers. Sodexho est même le fournisseur officiel pour les services de restauration de l’US Marine Corps. Son siège social est à Gaithersburg dans le Maryland.
Pendant ces douze années, les syndicats américains ont mené des campagnes d’adhésion. Il faut savoir qu’aux Etats Unis seuls les syndicats peuvent négocier dans les entreprises, une couverture sociale (frais de santé – individuelle ou familiale et fond de pensions de retraite) mais à condition d’être élus par 51% des salariés de l’entreprise ou d’avoir 50% d’adhérents parmi les effectifs.
Dans les deux cas, il faut que les syndicalistes puissent rencontrer les salariés dans l’entreprise. Les sites d’un groupe sont considérés comme entités uniques et donc de ce fait il faut organiser autant de campagnes d’adhésion qu’il y a de sites.
Du côté patronal, voir arriver des syndicalistes est automatiquement ressenti comme source d’ennuis qui tôt ou tard doivent se traduire par une réduction des bénéfices pour devoir alimenter des nouveaux comptes destinés au volet social de l’entreprise.
Pour éviter tout cela les entreprises n’hésitent pas à faire appel à des cabinets d’avocats spécialisés, dénommés «Union Busters», chasseurs de syndicalistes, ou d’élaborer une stratégie de formation du management pour empêcher l’adhésion à un syndicat de son propre personnel.
Souvent, aussi bien les cabinets d’avocats que les stratégies élaborées sont d’ordre diffamatoire, comme assimiler les syndicats aux sectes ou faire croire que l’adhésion entraine l’annulation automatique du permis de séjour. Quand on sait que la quasi-totalité des salariés du secteur de services aux Etats Unis est d’origine immigrée…
Ce sont des techniques très répandues dans les entreprises, que la société Mariott Catering avait utilisé avant son rachat par Sodexho, pour empêcher l’adhésion de ses salariés à un syndicat et en particulier au syndicat HERE.
Il faut rappeler que les syndicats en Amérique du Nord sont, par vocation et pour de multiples raisons historiques, très corporatistes.
En 2002, Sodexho USA devient donc le nouveau propriétaire de Mariott Catering.
HERE prend alors contact avec la direction en espérant qu’une société d’origine européenne, dite « responsable socialement », soit plus accueillante vis-à-vis du dialogue social.
Sodexho USA accepte de passer le message au management de ne plus utiliser les manuels de lutte antisyndicale, édité pendant la période de gestion américaine. Mais effacer des années de répression syndicale ancrée dans la culture d’entreprise n’est pas chose facile.
Le syndicat HERE espérait obtenir un accord d’envergure fédérale, voire à la taille des Etats Unis, sur une reconnaissance du syndicat par l’entreprise lui permettant de proposer l’adhésion plus ouvertement aux salariés. Mais Sodexho USA a fait la sourde oreille à ses multiples appels.
Déçu par le manque de volonté et toujours confronté à des difficultés locales d’implantation, le syndicat américain décide alors de s’unir avec un autre syndicat (SEUI) qui représente les salariés de la sécurité privée et de la propreté, et d’engager une campagne contre l’image du groupe. Ils décident d’y associer le Comité Européen et les représentants syndicaux français en vue d’influencer la direction française du groupe.
C’est alors que les représentants de la Fédération des Services CFDT au Comité d’Entreprise Européen (CEE), se mêlent du dossier contre la discrimination syndicale et jouent le rôle de médiateurs dans les négociations.
Leur rôle que ne se cantonne pas à une action de solidarité mais à des revendications sur la Responsabilité Sociale de l’Entreprise qui doit être engagée au-delà des frontières françaises et partout où l’entreprise détient des intérêts.
Souvent les entreprises d’envergure mondiale sont équipées d’une Charte éthique dans laquelle le droit de liberté de pensée des ses salariés y est inscrit.
Dans ce cadre, la Fédération des Services, par le biais du CEE et agissant en accord avec les autres organisations syndicales françaises, européennes et les Fédérations Internationales Professionnelles, décident à leur tour d’entamer une action de mise en place de la Responsabilité Sociale en Entreprise, au-delà des normes mondialement connues de respect des conventions collectives et du droit du travail car pour cet exemple le droit du travail est constitutionnellement défaillant.
Plusieurs rencontres sont alors organisées, avec tous les acteurs syndicaux concernés tant au niveau européen qu’américain, rencontres qui ont lieu au siège de la Fédération des Services CFDT à Pantin.
Lors de la dernière rencontre avec la chargée de mission du syndicat HERE pour la société Sodexho, pour faire un point sur le déroulement de la « campagne d’adhésion », elle nous a informé que le syndicat, plutôt les trois syndicats (UNITE/HERE et SEIU) sont actuellement en pourparlers avec la direction de Sodexho pour obtenir un accord aux USA sur la reconnaissance de leurs syndicats dans l’entreprise.
Un beau travail intersyndical au niveau international où la CFDT a joué un rôle essentiel.

HERE = Hotel Employees Restaurant Employees (employés d’hôtels et employés de restaurants).