[audio:724.mp3]
Vous avez sans doute remarqué que cela fait plus de 24 heures que nous n’avons pas édité d’articles sur ce site. Vous avez été nombreux à nous le faire remarquer ! Certains de nos détracteurs ont interprété ce silence comme une faiblesse de notre part, comme si nous n’avions plus d’arguments.
Bien au contraire, nous avons simplement pris un peu de recul et nous avons observé et écouté ce qui s’était dit tout au long de cette journée. Autant vous dire que nous n’avons pas été déçus par le résultat. Avant de répondre aux différents propos que nous qualifions de contres-vérités, nous tenons à remercier tous ceux et toutes celles qui nous ont apporté leur soutien et leur témoignage de solidarité.
Vous êtes également très nombreux à vous  inscrire sur le site : MesHeuresSup.com.
A cette heure, nous avons enregistré plus d’une centaine de demandes d’ouverture de dossiers pour réclamer la majoration des heures supplémentaires de la 36ème à la 39ème heure depuis le 1er janvier 2005.
A ce sujet, tout au long de la journée les représentants des organisations patronales n’ont cessé de dire qu’ils allaient baisser les salaires en appliquant les 35 heures. Comment peut-on tenir de tels propos ? Fuir ses responsabilités en faisant payer aux salariés leur politique de casse sociale orchestrée avec l’appui de l’Etat, est intolérable ! Les champions de la magouille et du travail au noir prennent en otage leur personnel ! Autant vous dire la considération qu’ils portent à leur égard ! Nous avons pourtant une question à leur poser, que vont-ils faire des allègements perçus par l’Etat ?
Ils recevront pour la période de 2004 à 2007 la somme de 4.298 € par salarié ! Ils veulent nous faire croire qu’ils ne pourront pas financer la rétroactivité des heures supplémentaires ?
Nous allons vous démontrer le contraire. Un salarié payé au SMIC percevra, en réclamant les majorations des heures supplémentaires, la somme de 788,41 € pour un rattrapage sur 22 mois, sur la même période son patron aura reçu 2.736 € !
La seule question que nous nous posons : que fait-il des 1.948 € restants ? Aujourd’hui le coût des majorations de la 36ème à la 39ème heure est de 35.83€ par mois pour un salaire payé au SMIC, rien de plus. Tout en sachant que le gouvernement actuel a décidé d’augmenter l’aide (le cadeau fiscal) puisqu’elle sera en 2007 de 2.160€ par salarié au lieu de 1.368€, vous l’avez bien compris… A qui profite cette opération ?
La 6ème semaine de congés payés, une belle affaire, la perte d’une avancée sociale ? La question qui est posée est la suivante : combien de salariés ont bénéficié de la 6ème semaine ? Personne ne peut répondre. Toujours est-il que très peu de salariés en bénéficient aujourd’hui. En effet, certaines conventions collectives régionales ou départementales ou encore d’entreprises prévoyaient des jours fériés supplémentaires par rapport à la CCN, ces jours étaient défalqués de la 6ème semaine, ainsi que les jours de congés pour évènements familiaux. Quelle avancée sociale !
Les employeurs vont jusqu’à réclamer le remboursement des sommes trop perçues, après la prise d’otage, c’est l’exécution. Pour reprendre les propos de Maître Hélène Masse-Dessen, avocat de la CFDT, « Lorsqu’un acte est illégal, le temps ne doit pas jouer en faveur de ceux qui exécutent cet acte illégal » si ce cas arrivait, la CFDT réagirait immédiatement par voie judiciaire.
Nous le répétons sans aucune ambiguïté, le fait que cette branche professionnelle tombe dans le droit commun est une grande avancée sociale.
Pour la CFDT, il est important de partir sur cette base dans les futures négociations. Pour nous, la priorité est la revalorisation des salaires. Nous ne sommes pas d’accord sur le principe « travailler plus pour gagner plus ». Dans les métiers de la restauration, les salariés finissent le plus souvent leur carrière complètement usés avec des problèmes de santé dûs à l’intensification de leur travail.
Est-ce-qu’une organisation syndicale peut tolérer ce constat ? Nous sommes persuadés que nous pouvons faire évoluer le secteur des HCR par d’autres moyens/ La négociation est un des leviers pour y parvenir.
Tant que les représentants patronaux ne respecteront pas les règles de la négociation, avec leurs attitudes déloyales, il sera très difficile de rendre les métiers de l’hôtellerie et de la restauration attrayants.