A chaque direction, son climat social !
Des changements à la tête de McDonald’s France, semblent entraîner une dégradation des conditions de travail pour les salariés. On ne peut même plus s’accorder sur la date de la paie ; le 6, le 8 et parfois le 10 du mois. Certains salariés, ne pouvant plus compter sur des virements de salaire à date fixe, se trouvent en situation difficile. Pour eux, les refus de prélévements de loyers et/ou de crédits, se multiplient et les ennuis par la même occasion.
Le dialogue social miroite une attitude méprisante des dirigeants pour le personnel. Pressions et contrôles autoritaires se multiplient. On s’étonne des engagements au versement de primes d’intéressement collectif, jugés selon les arrivants comme : “une rétribution des mauvais”.
La CFDT engage une campagne d’information dans les restaurants de la chaîne.