La colère commence à monter auprès des 2.300 salariés de La Brioche Dorée. L’absence totale d’avancées sociales en est la cause. Au contraire, on assiste à une régression au moment où le secteur de la restauration rapide (qui grignote des parts de marché à la restauration traditionnelle) ne s’est jamais aussi bien porté.

Economiquement, la société La Brioche Dorée se porte bien. Plusieurs ouvertures de restaurants sont prévues pour 2012. L’entreprise vient de racheter la chaîne Brueggerr’s aux Etats Unis qui compte plus de 300 points de vente. Pour illustrer ce fort développement, la direction se devait avoir un nouveau siège social, c’est chose faite, 10.000 m² de nouveaux locaux dont l’investissement s’élève à 20 millions d’euros.

Du côté social, le tableau est moins « dorée ». Les salariés de l’entreprise ne vont pas profiter de nouveaux avantages sociaux. Les négociations annuelles obligatoires sont bloquées et la direction reste muette aux différentes demandes des représentants du personnel. Un courrier a même été adressé à Louis Le Duff, fondateur du groupe qui porte le même nom, pour l’interpeller sur le sujet. Jusqu’à a ce jour, tout le monde lui accordait une certaine sensibilité aux questions sociales, il n’a même pas daigné d’apporter une réponse…

Il paraîtrait normal que l’ensemble des salariés qui ont contribué largement à la réussite du Groupe Le Duff, soient récompensés. Au lieu de cela, la direction continue à mener une politique salariale tirée vers le bas. En effet, le niveau des salaires pratiqués au sein de cette enseigne, sont parmi les plus bas du secteur de la restauration rapide. Alors que les principaux concurrents (MC Do, Quick, KFC, Paul, Pomme de Pain…) ont octroyé à leurs salariés un 13e mois, la direction de La Brioche Dorée refuse catégoriquement d’aborder le sujet avec les organisations syndicales, évoquant le coût d’une telle mesure. Dans le même temps le groupe a engendré un chiffre d’affaire de plus d’un milliards d’euros en 2011.

Et ce n’est pas tout, il y a quelques mois, l’accord sur la réduction du temps de travail avait été dénoncé, l’entreprise remettant en cause les jours RTT sans proposer des contreparties.
Les représentants du personnel ont également été informés du projet d’installation des bornes automatiques, afin de permettre aux clients de passer leurs commandes sans passer par le personnel. Nouvelle technologie qui améliorerait le service ? Alors qu’il suffirait pour cela de créer des emplois, c’est bien l’effet inverse qui se produira, de nombreux exemples l’ont déjà montrés.

La CFDT souhaite que tous ces points soient débattus et négociés. Il n’est pas normal que les salariés de cette entreprise, dont le salaire moyen est de 1200€ ne puissent pas profiter des bons résultats économiques générés par leurs efforts et leur travail.

La CFDT avec les syndicats CGT et FO appellent les salariés à se mobiliser et à manifester leur mécontentement. Des actions seront programmées sur quelques-uns des 160 restaurants dans le courant du mois de mai.

Il s’agit maintenant pour les centaines de salariés de La Brioche Dorée d’avoir une partie de l’argent du beurre !