Depuis le 19 janvier, les salariés d’au moins 12 des plus grands restaurants KFC – France Restaurants en région Parisienne, sont en grève à l’appel de la CFDT et de la CGT, majoritaires dans l’entreprise.
Après deux ans de pouvoir d’achat en berne, ils ont décidé de se mobiliser. Le vendredi 22 janvier, ils étaient plus de 300 à manifester devant le siège social de KFC-France pour montrer leur détermination et pour soutenir les organisations syndicales lors de la négociation des salaires.
Les principales revendications sont :
• un 13ème mois pour tous les salariés de KFC-France (Société mère). Le 13ème mois existe déjà dans d’autres grandes enseignes de la restauration rapide ;
• augmentation de 3% pour chaque niveau et échelon de la grille salariale ;
• une prime d’ancienneté pour tous les salariés ;
• le remboursement intégral des frais de taxi pour tous les salariés qui terminent leur travail après l’arrêt des transports en commun ;
• l’attribution d’une prime de mission pour les salariés appelés à se déplacer provisoirement dans d’autres restaurants.
Pour l’heure, la direction reste sourde aux revendications des salariés. Elle joue le pourrissement du mouvement. Elle n’a pas hésité à faire appel à la police pour faire évacuer les grévistes du KFC Châtelet et du KFC Pantin. C’est une méthode inacceptable et digne d’un autre temps !
Les salariés sont déterminés à poursuivre leur combat pour obtenir des augmentations de salaire. Ils réfléchissent à d’autres formes d’actions pour se faire entendre et pour se faire respecter.

Source : Communiqué de presse de la Fédération des Services CFDT du 25 janvier 2010