Les salariés du Lutetia, hôtel de luxe parisien, étaient en grève le 17 octobre pour protester contre le plan social annoncé par la direction. Laurent Berger est passé les soutenir.

Les 211 salariés du Lutetia concernés par le plan social nourrissent les plus grandes inquiétudes sur leur avenir. Le prestigieux établissement parisien doit fermer pendant trois ans à partir du 14 avril 2014, le temps de procéder à de grands travaux de rénovation. Le plan de la direction laisse le choix entre trois options, la suspension du contrat de travail avec un maintien de 12% maximum du salaire brut, un départ volontaire ou, en cas de refus des deux premières propositions, un licenciement sec.

L’intersyndicale composée de la CFDT, la CGT CFE-CGC souligne les « bénéfices colossaux » réalisés chaque année par le groupe Alrov, propriétaire de l’hôtel, et réclame un volet social digne de ce nom.

Les salariés en grève le 17 ont reçu le soutien de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et de Laurent Bigot, secrétaire général du syndicat  CFDT HTR IdF.

Marie-Nadine Eltchaninoff